Les choses que Raoul aime

CHASSEUR DE BUGS : CE NOUVEAU MÉTIER EST PEUT-ÊTRE FAIT POUR VOUS !

PUBLIÉ LE   MIS À JOUR LE 

Chasseur de bugs : ce nouveau métier est peut-être fait pour vous !
Cultura RM Exclusive / Stefano Gilera / Cultura RM Exclusive/Stefano Gilera

Avec la multiplication des applis, sites web et autres logiciels, les chasseurs de bugs deviennent indispensables pour les entreprises. Capital.fr vous dit tout de ce nouveau métier.

Vous êtes tranquillement installé sur le canapé de votre salon. Vous vous apprêtez à regarder le dernier épisode de votre série préférée sur votre tablette. Mais, d’un coup, tout s’arrête. L’application s’est fermée sans raison. C’est sans doute qu’elle n’a pas dû passer entre les mains expertes du chasseur de bugs. Vous avez dit chasseur de bugs ? Ce nouveau métier est devenu indispensable depuis que smartphones,, et autres tablettes ont envahi nos vies. Alors pourquoi pas vous ?

“Le travail d’un chasseur de bugs, c’est de faire tout son possible pour qu’au final, l’utilisateur de la plateforme, du site ou du logiciel ne soit pas déçu au moment de sa première utilisation”, résume François Joseph Viallon, PDG et cofondateur de StarDust, entreprise française spécialisée dans le secteur. Chez Stardust, on travaille pour le moment majoritairement pour les usages grand public, mais on n’exclut pas de se renforcer dans les entreprises à l’avenir. “Imaginez, sur un chantier, si l’application qui permet d’installer le réseau électrique a été mal pensée, elle peut avoir des conséquences très dangereuse ! Nous avons donc aussi notre rôle à jouer”, relève François Joseph Viallon.

À quoi ressemble une journée-type lorsque l’on est le “grand dénicheur” de bug ? “En résumé, nos testeurs reçoivent des applications qu’ils installent sur les différents types de smartphones, tablettes et ordinateurs que l’on trouve sur le marché”, explique François Joseph Viallon. “Ils peuvent travailler avec les instructions fournies par nos analystes, ou bien s’appuyer sur leur propre compétences, en menant les tests qu’ils jugent les plus adaptés”.

Pour le moment, vous ne trouverez pas de BTS ou de licence mention “chasseurs de bugs”. “J’ai eu vent d’un diplôme en formation continue au Canada, mais je n’en connais pas en France”, confie le PDG de Stardust. Ce n’est de toute façon pas primordial : “nous recrutons des profils très variés. Bien sûr, nous avons des diplômés en informatique, mais nous avons aussi des personnes en reconversion, par exemple des anciens graphistes, militaires, ou encore une diplômée en langue”. Ce qui compte, c’est d’avoir la fibre “geek”.

Salaire moyen ? 1.700 euros bruts par mois

Côté salaire, le job de “testeur” s’accompagne d’une rémunération autour de 1,3 à 1,5 Smic. “Mais cela peut vite évoluer. Nos testeurs deviennent souvent analyste, payé entre 1,5 et 1,8, puis chef de projet, où le salaire varie entre 2 et 4 Smic”. Plus globalement, le salaire moyen s’établit autour de 1.700 euros bruts par mois, mais peut varier suivant que vous êtes freelance ou salarié.

En tout cas, les besoins en main-d’oeuvre sont bien réels. Les recrutements ont principalement lieu dans les agences Internet, lles studios de développement de jeux vidéo, les sous-traitants ou encore les cabinets spécialisés dans le test. Chez Stardust, on a d’ailleurs prévu de recruter une trentaine de testeurs cette année… en CDI.

 

Source : http://www.capital.fr/votre-carriere/chasseur-de-bugs-ce-nouveau-metier-est-peut-etre-fait-pour-vous-1222549

Drop a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *